Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Isabelle Fontaine, organiste

Fête de la Musique 2012 à la cathédrale de SOISSONS

14 Juin 2012 , Rédigé par Isabelle Fontaine Publié dans #musique et orgue

Cathédrale de Soissons, jeudi 21 juin 2012

de 18 heures à 19 heures


Fête de la Musique
Grandes orgues : Isabelle FONTAINE

------------------------------------------------------


* J- S.BACH (1685- 1750) : Prélude et fugue en si mineur BWV 544

Cette œuvre empreinte d'une grande gravité a probablement été jouée le 17 octobre 1727 en l'église St Paul de Leipzig pour le service funèbre de la Princesse Christiane Eberhardine, épouse du prince Friedrich 1er de Saxe, et on suppose que chacun des 2 volets de la pièce encadrait l'Ode funèbre BWV 198 composée pour l'occasion, écrite dans la même tonalité. Ce diptyque présente également une parenté évidente avec la Messe en si mineur et avec l’air Erbarme dich de la Passion selon St Mathieu.
Bach y manifeste une parfaite maîtrise d'écriture, celle d'un artiste parvenu à maturité.
« A l’interrogation métaphysique vers l’au-delà, manifestée par le Prélude, va répondre la conquête de la lumière divine exprimée dans la fugue » (Gilles Cantagrel, Guide de la musique pour orgue, éd. Fayard, page 79).



* Alexandre GUILMANT (1837- 1911) : 4ème Sonate op.61 en ré mineur
      - Allegro assai, Andante, Menuetto, Finale

Organiste de l'église de la Trinité à Paris, fondateur de la Schola cantorum, professeur au Conservatoire de Paris, artisan du retour à la « musique ancienne », Alexandre Guilmant fut aussi un des premiers organistes français à mener une carrière internationale de concertiste virtuose, traçant la route à Louis Vierne, Marcel Dupré et tant d'autres. Comme compositeur, il a écrit une quantité de pièces, tant pour la liturgie que pour le concert. En digne représentant de l'école « symphonique » aux côtés de Vierne et Widor, sa musique est très orchestrale, destinée à faire sonner les grands instruments d'Aristide Cavaillé-Coll. Ainsi, les 4 mouvements de cette sonate permettront d'entendre l'orgue dans toute sa splendeur, des poétiques « voix célestes » jusqu'au tutti majestueux.



* Isabelle FONTAINE (née en 1975) : Diptyque pour orgue
     - Supplication, Jubilation

Native de Bordeaux, ayant fait l'essentiel de ses études musicales à Partis, Isabelle Fontaine est organiste titulaire de la cathédrale de Soissons depuis janvier 2001, professeur agrégé d'Education Musicale, membre du Service diocésain de Pastorale liturgique et sacramentelle, et mène parallèlement des activités de concertiste et de compositeur.
Écrite à la fin de l'année 2011 pour un ami organiste (Bruno Winkel, organiste de la Basilique St Donatien à Nantes, qui a déjà utilisé l'oeuvre pour des offices), et créée en concert le 1er avril 2011 par Domenico Severin aux grandes orgues de la cathédrale de Meaux, cette oeuvre (qui peut être jouée tant en concert que dans le cadre liturgique) est constituée de deux volets, nous plongeant dans deux états d'esprit, voire deux attitudes spirituelles :
- d'une part la supplication, qui, pour le chrétien devient appel déchirant mais confiant vers le Christ sauveur (citation du Kyrie grégorien XI).
- d'autre part, l'expression de le joie, de l'allégresse, de la reconnaissance, de … résurrection (citation d'un Alleluia grégorien de Pâques).



* César FRANCK (1822- 1890), Premier choral (en mi majeur)

Organiste du grand orgue Cavaillé-Coll de la Basilique Ste Clotilde à Paris, César Franck fut l’artisan du renouveau de la musique d’orgue en France au XIXème siècle, alors qu'elle était contaminée par l'opéra et les goûts du Second Empire.

Les Trois chorals sont de grandes pièces de concert, ils ont été composés en 1890 peu avant la mort du musicien ; on a coutume de dire qu’ils constituent son « testament musical ». Le terme de choral n’est pas à prendre ici dans son acceptation liturgique, mais comme un motif musical constitué d’accords en valeurs longues. Qui, ici, surgit au cours même de la pièce.
Deux thèmes principaux sont développées et s'entremêlent, se fondant dans une grande forme « thème et variations », l’ensemble étant constitué de quatre grandes parties. Des épisodes tourmentés succèdent à des sections plus paisibles, faisant de cette pièce un véritable cheminement humain et spirituel, conduisant finalement à la victoire de l'idée positive, avec l’affirmation du choral sur un tutti triomphant, le tout se terminant par un joyeux carillon.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un programme aux dimensions de la cathédrale qui illustre bien cette citation du Pape Benoît XVI:

« L'orgue est considéré depuis toujours et à juste titre comme le roi des instruments musicaux, car il reprend tousles sons de la création et (...) il fait résonner la plénitude des sentiments humains, de la joie à la tristesse, de la louange aux pleurs. En outre, en transcendant comme toute musique de qualité la sphère simplement humaine, il renvoie au divin. La grande variété des timbres de l'orgue, du piano jusqu'à l'impétueux fortissimo, en fait un instrument supérieur à tous les autres. Il est en mesure de faire résonner tous les domaines de l'existence humaine. Les multiples possibilités de l'orgue nous rappellent d'une certaine façon l'immensité et la magnificence de Dieu »

(bénédiction du nouvel orgue de la Alte kapelle de Ratsibonne le 13 septembre 2006)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :